Achille

 

Je fais mon grand retour sur le blog (qui ne prend pas du tout la poussière depuis fin 2015!) avec Achille, un porte monnaie en tissu dont vous trouverez le tutoriel en vente ici.

J’ai été séduite par son format, 11cm de haut par 16cm de large,  et son côté pratique, à savoir un porte monnaie et une pochette pour y glisser son portable et ses papiers, le tout fermé par un rabat ce qui permet de ne rien perdre en cours de route.

J’ai confectionné ce porte monnaie pour ma maman, afin qu’elle ait toujours un petit peu de moi avec elle ^^. Cette version est un test, car à l’origine je voulais le faire en cuir et simili, mais histoire d’éviter le plantage avec le joli coupon de cuir rose que j’ai acheté chez Chut Charlotte, j’ai préféré essayer le modèle 100% tissu!

Le tutoriel parait long, mais il est très clair, simple et rapide à réaliser à condition de prendre son temps. Oui ça peut paraître paradoxal, mais en couture c’est un point essentiel afin d’être la plus précise possible et d’obtenir un ouvrage avec de jolies finitions.

D’ailleurs en parlant de finitions, j’ai fait la feignante sur ce modèle pour le terminer plus vite et je l’ai fermé par des points à la machine. Sur le prochain je ferai un point invisible à la main ^^.

Je serai d’ailleurs d’autant plus minutieuse avec ma version en cuir afin de coudre de jolis arrondis et d’avoir un rendu le plus net possible.

Les tissus utilisés et autres fournitures proviennent de mon stock:

  • le tissu extérieur à pois jaunes et gris avait été acheté chez Bögraphik, une petite entreprise française qui a malheureusement fermé ses portes
  • le tissu intérieur grains de riz gris a été acheté chez Made in tissus
  • le zip vient de chez tonton Ali (j’avais acheté 100 zip de 30cm à 15€)
  • et le bouton pression nacré est de provenance inconnue (la marque c’est Prym mais je ne me rappelle plus où je l’avais acheté) mais vous en trouverez facilement en mercerie ou ici

Je vous laisse avec quelques photos dont la qualité est plus que médiocre mais j’ai un souci avec l’appareil photo de mon portable! (et il n’est pas prêt (près?) d’être résolu donc il faudra vous y habituer :p)

Belle journée!

Lovelycousette

#igpoursosprema

C’est avec plusieurs mois de retard que je viens vous parler de ce beau projet auquel j’ai participé. Comme on dit, mieux vaut tard que jamais…

 Je n’ai partagé que sur Instagram à ce moment là, l’idée ne m’est absolument pas passé par la tête d’en parler ici. Peut être parce que j’ai du mal à publier régulièrement, et que donc ça toucherai moins de personnes… Trêve de blabla, venons en au fait!

En début d’année, j’ai vu circuler sur InstaGram ce hashtag, #igpoursosprema, avec un logo spécialement conçu pour l’occasion. Cela m’a intrigué et je suis allée voir de quoi il en retournait. Après avoir été confrontée à la grande prématurité, une bloggeuse à pris l’initiative de lancer un appel aux dons pour récolter des couvertures et autres accessoires dont les services de néonatalogie ont besoin.

Je vous laisse découvrir son histoire et d’où lui est venue cette idée en cliquant ici.

Que l’ont ait vécu ce genre d’épreuve de près ou de loin, on ne peut qu’être touché et avoir envie de s’investir dans une si noble cause…

A mon échelle donc, et avec le peu de temps dont je disposais à ce moment là (on croirait presque que j’en ai plus aujourd’hui!), j’ai cousu avec amour quelques couvertures pour ces si petits bouts de chou.

Le truc pas de bol, je n’arrive pas à remettre la main sur les photos! Bon, en même temps il n’y avait rien d’exceptionnel et vous pourrez apercevoir quelques couvertures sur la photo des couvertures en tissu: les moustaches, les nœuds, les pois et la polaire unie rose c’est moi…

Voilà, ça me semble assez important pour en parler même plusieurs mois après, car rien n’empêche de faire des dons tout au long de l’année! Renseignez-vous dans les hôpitaux près de chez vous ^^

Belle journée!

banniere-alm2

SeBio Belgium

Après des mois passés sans bloguer (manque de temps, de motivation, pas d’ordi tout ça tout ça), je reviens sur le devant de la scène. Mais une fois n’est pas coutume, ce ne sera pas pour vous parler couture mais produits bio! Et asseyez vous ça va être long 😀

Il y a quelques mois de ça, je découvrais sur Instagram le site SeBio Belgium. Comme son nom l’indique, SeBio est une entreprise qui vend divers produits bio, de la beauté aux jouets, en passant par les livres. Et dans ma quête du naturel, je n’ai pas pu résister à passer commande 🙂

Mes shampoings et gel douche de chez AromaZone arrivant en fin de vie, je me suis dit que c’était l’occasion de tester autre chose!

J’ai donc naturellement racheté ces 2 produits, ainsi qu’une éponge de konjac dont je n’ai entendu que du bien, un déodorant bille et une coloration végétale. Les sachets de tisane sont offerts ^^. Vous remarquerez que tout est recyclable dans le colis, même le scotch!

20150910_152251

J’ai fait le choix d’acheter des grands conditionnement pour le shampoing et le gel douche car plus économique et moins de déchets aussi.

Et voici ce qu’il en ressort:

Le gel douche au bouleau a une odeur très agréable légèrement citronnée, c’est très frais! Pas besoin d’en mettre beaucoup il mousse suffisamment. Il promet d’être ultra-hydratant, mais j’avoue ne pas voir la différence avec mon ancien gel douche ^^

Quant au shampoing à la lavande, je suis plus que ravie du résultat après séchage de mes cheveux! Je l’ai choisi pour cheveux normaux, afin de pouvoir l’utiliser pour mes enfants comme pour moi. L‘odeur de lavande est légère, et dans mon cas disparaît après rinçage. Pour un shampoing bio, il mousse plutôt bien mais bien sur moins qu’un shampoing chimique du commerce. Une fois secs, mes cheveux sont d’une brillance que je n’aurais imaginée, et d’une douceur incomparable!

Pour rester dans des senteurs florales, j’ai également testé le déodorant à la rose. J’avais un peu peur de son odeur trop prononcée, mais elle est au contraire assez subtile, et ne tient pas sur moi. Ceci dit, je ne m’en plains pas car  à mon sens, l’utilité d’un déodorant est de masquer l’odeur de transpiration, et il fait très bien son job! J’en rachèterai, mais j’essaierai un autre parfum.

Afin de  chouchouter mon visage, j’ai jeté mon dévolu sur l’éponge de konjac. Je ne connaissais absolument pas son existence avant d’en entendre parler sur les réseaux sociaux. Alors je me suis jetée à l’eau et je ne le regrette pas! Elle convient également pour les bébés donc j’en commanderai 2 la prochaine fois. Pour celles qui ne connaissent pas, l’éponge de konjac est fabriquée à partir de racine de Konjac en poudre, d’eau, et cuite au four. C’est tout! Je crois que là on ne fait pas plus naturel…Elle permet d’ exfolier tout en douceur et donne de l’éclat à la peau. Sa texture m’a surprise à l’ouverture du sachet. Je m’attendais à quelque chose de sec comme les éponges que l’on peut trouver en grande surface. Mais elle est en réalité humide. Sûrement pour conserver toutes ses propriétés!

Enfin, je vais terminer cet article avec ce que j’appelle mon aventure SeBio. Encore un peu de lecture et promis, je vous laisse tranquille 😉

Si vous avez bien tout suivi depuis le début, vous constaterez que je n’ai pas parlé de la coloration végétale. En cause, la composition de celle-ci. En effet, coloration végétale ne veut pas forcément dire coloration naturelle, d’un point de vue « ingrédients ». Et prise dans ma folie d’achat de produits bio, je n’ai pas regardé sa compo avant…

J’en ai donc fait part à SeBio, qui s’est renseigné auprès du fournisseur/fabricant afin de m’apporter une réponse la plus précise possible. Déjà, premier bon point! Il y a donc bien des ingrédients naturels dans cette coloration, comme les plantes, mais elle est également composée, en plus grande partie de produits chimiques. Si on veut du 100% naturel, il faut se tourner vers le henné et autres colorations uniquement à base de plantes…

Le service client m’a alors proposé de renvoyer (à leurs frais) la coloration, et de me rembourser. Deuxième bon point! J’ai demandé s’il n’était pas plutôt possible de l’échanger avec un shampoing de prix équivalent. S’en est alors suivi un échange de mails avec le service client, et quelques semaines après je recevais un shampoing à la camomille de la marque danoise Urtekram, (qui soit dit en passant est plus cher que la coloration^^) et EN PLUS un conditioner à la lavande de la même marque! Troisième bon point, le combo gagnant…

Je crois que, comme service client réactif et à l’écoute, on fait difficilement mieux! Rien que ça, ça vous fidélise un client  ^^

Et là vous vous dites: mais alors ce shampoing, il est comment??

Et bien, il est juste GE-NIA-LI-SSI-ME. Oui rien que ça! Dès le premier lavage, on voit déjà l’efficacité du produit. J’ai toujours été un peu sceptique à l’égard des shampoings à la camomille, surtout en ce qui concerne l’état du cheveux après séchage… Ceux du commerce vous les dessèche à point qu’on dirait de la paille!

Avec ce shampoing, le cheveux est non seulement doux et brillant, mais il se pare en plus de magnifiques reflets, qui s’intensifient au fur et à mesure des lavages… Alors bien sur ça n’éclairci pas comme une coloration attention, mais ça fait tout ce qu’on attend d’un shampoing à la camomille!

Pour résumer et ne pas vous prendre plus de votre temps, je pense que vous aurez compris que je suis pleinement satisfaite de mon expérience SeBio, tant au niveau du service après vente que des produits commandés! D’ailleurs il faut que je fasse un petit réassort de certaines choses ce mois ci… 😉 Et je vous invite grandement à faire de même!

Je vous remercie de m’avoir lu et vous souhaite un excellent week end!

LovelyCousette

Celle que l’on n’attendait plus

Je vais vous parler dans cet article de la fameuse liquette garçon du Burda style du mois d’avril 2015.
J’emploie le terme « fameuse » car si vous me suivez sur Instagram, vous aurez sûrement remarqué la lenteur avec laquelle j’ai confectionné ce vêtement. Non sans mal je l’avoue!
Pour commencer, il s’agit de ma première vraie expérience burdesque. Il y a quelques années j’ai acheté des magazines Burda style, mais sans jamais réaliser aucun ouvrage. Et quand j’ai vu cette liquette j’en suis tombée amoureuse! Oui au moins ça.
Elle change des classiques chemises de garçon, avec ses broderies et son plis creux devant. Pli que je n’ai d’ailleurs pas fait car je ne le voyais pas sur mon grand et fin bonhomme.. Concernant la taille j’ai choisi un 122 pour le mètre 21 de mon fils, et 128 en longueur.
Bon c’est pas le tout. Elle est jolie, originale, mais il faut s’y mettre maintenant! Après avoir vérifié les mensurations sur mon fils et le patron (je ne me fie JAMAIS aux tableaux donnés, car d’une marque a l’autre l’écart peut être grand!), me voila partie à décalquer.
Alors a ce moment la, il faut s’armer d’une bonne dose de patience et d’une boîte de Doliprane! Une fois le patron repéré ce n’est pas si compliqué, mais il faut le trouver quoi… Celles qui connaissent Burda savent de quoi je parle. Pour les autres, je vous invite à vous procurer un exemplaire pour constater avec vos yeux 😉
Une fois cette étape quelque peu fastidieuse effectuée, j’ai donc procédé à la découpe de mes tissus.
J’ai choisi pour cet ouvrage deux tissus plein de pep’s et qui vont très bien au teint de mon grand: un coton jaune de chez Bennytex (la lumière ne le met pas à son avantage, il est plus lumineux) et un autre de la marque Petit Pan, l’Helium. Soit dit en passant, si vous cherchez des tissus sympas, originaux et tendance à prix très abordable, je vous recommande le site Bennytex! Et si vous avez la chance d’habiter la région parisienne déplacez vous à l’entrepôt… Mais je ne suis pas responsable si vous êtes prise de fièvre acheteuse! 😉
Revenons donc à nos tissus. Ces coloris sont tout à fait de saison, et vont très bien au teint de mon grand! Si si je suis très objective.
Et c’est là que la galère commence… J’ai pour habitude, normalement, de lire les explications du patron AVANT de me lancer, histoire d’être sûre que c’est réalisable sans s’arracher les cheveux. Bah oui. D’habitude. Sauf que la, allez savoir pourquoi j’ai décidé de plonger la tête la première dans cette immense piscine qu’est le langage burdesque. Bien mal m’en a pris.
Fort heureusement j’ai un peu d’expérience en couture, j’ai donc pu m’en servir pour avancer sur les premières  étapes.
Et je me suis sentie tellement en confiance que je me suis lancée en freestyle sur la patte de boutonnage, après avoir tenté désespérément la version de Burda. Alors elle est très jolie ma patte, sauf que dans l’histoire, j’ai complètement fait abstraction du montage initial. C’est donc la que j’ai commencé à m’arracher les ch’feux! Oui parce que de ma bidouille, a découlé un problème de col…qui a terminé en biais maison, histoire de limiter la casse!
Une fois cet épisode passé, j’ai pu terminé tranquillou ma liquette. Ça fait d’ailleurs un moment, mais écrire un article prend du temps et c’est en général la nuit que je le trouve!
Malgré les quelques couacs rencontrés, je suis plutôt fière de ce vêtement. J’ai laissé à mon grand le soin de choisir le point de broderie, pour qu’il s’investisse un peu et ait envie de le porter (nooon je ne feinte pas).
Allez! Je pense vous avoir assez fatigué avec mon roman, donc je laisse la place aux photos 😉
IMG_1694 IMG_1697 IMG_1699 IMG_1700 IMG_1701 IMG_1702 IMG_1705
Bonne soirée!
Lovelycousette

Quatuor de Giroflée

Je ne sais pas vous, mais en cette fin d’année scolaire, la question s’est posée d’offrir un cadeau aux enseignantes de mes 2 grands. 
Oui parce que depuis quelques mois je suis assez prise, jusqu’à présent j’ai eu assez peu de temps à consacrer à la couture pour moi-même donc j’avoue avoir hésité…
Et puis au dernier moment ça m’a pris! Mais a quelques jours des vacances, il fallait que je trouve une cousette rapide à faire, et en quatre exemplaires! 
J’étais partie en premier lieu sur une pochette assez sympa vue sur le groupe Petit Citron sur Facebook. Mais, car il y a un mais, je n’avais pas assez de fermetures à glissière de la bonne dimension.
J’ai donc continué mes recherches « pochette » sur Pinterest, et là je suis (re)tombée sur la pochette de Merci Giroflée clic clic. Le tuto est limpide, assez rapide à réaliser. Et l’attache cartable peut être remplacée facilement par un autre fermoir! En plus ça faisait un moment que j’avais envie de l’essayez donc elle tombait à pic. 
J’ai sorti mes coupons de tissus (toi qui me lis tu en reconnaîtras sûrement quelques uns ^^), choisi lequel irait pour quelle enseignante et hop c’était parti!
Après quelques heures de dur labeur (n’ayons pas peur des mots avec 4 marmots à gérer), voilà ma production 😉

   
   
Et vous, qu’avez vous offert aux maîtresses? Ou pas d’ailleurs ^^
Belle soirée,
Lovelycousette 

Huile « biodigieuse »

Une fois n’est pas coutume, ce n’est pas couture dont je vais vous parler aujourd’hui mais « bioté »!

J’ai découvert sur IG une adepte du bio, et ce pas seulement dans son alimentation mais également dans son quotidien. Cette adepte on ne la présente plus: il s’agit de Peau neuve.
Et Peau neuve, elle nous propose toujours des solutions alternatives à notre consommation de produits chimiques et nocifs pour la peau. Parmi ces produits alternatifs, j’ai découvert l’huile biodigieuse (qui remplace l’huile prodigieuse de N**e).

   
 
J’ai passé commande sur le site Aroma zone pour réaliser cette huile, dont voici la recette: 
-50ml d’huile de Monoï (macérât huileux)

-50ml d’huile de vanille (macérât huileux)

-10ml d’huile de buriti 

-1 cuillère à café de mica

On met tout ça dans un flacon spray, on mélange et hop on obtient une huile pailletée et auto bronzante! Mais surtout NATURELLE, sans produits cracra…
Si vous souhaitez une huile non pailletée, libre à vous de ne pas ajouter de mica.

D’ailleurs petite parenthèse concernant Aroma Zone, lorsque j’ai reçu ma dernière commande, un des flacons avait coulé dans le colis. J’ai perdu un petit peu de produit et les autres articles étaient poisseux. J’en ai fait part a AZ par mail, photo a l’appui, et ils vont me renvoyer un autre flacon! Alors que je ne leur avait rien demandé, juste suggéré de revoir leur emballage. Leur SAV est donc au top et je ne saurait que trop recommander ce site!

Pour en revenir à la fameuse huile, Je pense que vous aurez compris que j’en suis plus que satisfaite, car elle permet d’avoir une jolie peau dorée sans forcément s’exposer, et surtout HY-DRA-TEE (et ça rime).

Si vous désirez plus d’informations concernant cette huile et les alternatives bioté de Peau Neuve, je vous invite à aller visiter son blog! Cliclic 

Belle soirée,

Lovelycousette

Pochette surprise

Dans quelques jours, je vais revoir une amie et sa fille chères à mon cœur que je n’ai pas vu depuis deux ans et demi.

Pour cette occasion, j’ai eu envie d’offrir un petit présent à cette demoiselle (à mon amie aussi mais ses cadeaux ne feront, je pense, pas l’objet d’un article). 

Après avoir sondé la maman sur ce qui ferait plaisir à sa nenette, mon choix s’est porté sur une corde a sauter avec des manches en bois (très important les manches en bois ;D).

À mon passage en caisse, la vendeuse me propose un paquet cadeau. J’accepte. Pour me rendre compte en rentrant chez moi, que ce papier cadeau n’était pas des plus ravissants…

Et c’est là que l’idée d’un petit pochon fait main et avec le cœur est née! Et puis un pochon a l’avantage de servir pour beaucoup de choses…

Ni une ni deux j’ai donc sauté dans mon (mini) stock de tissus, et j’en ai sorti un coton jaune uni ainsi qu’un coupon de coton ananas. Paraît-il que les ananas sont à la mode ;D

Je voulais un pochon de préférence doublé, avec un lien coulissant. N’ayant pas la tête a me casser la tête (même si ce n’est pas compliqué en soi), j’ai fouillé sur Pinterest pour trouver LE tuto (cliclic). Très simple, très clair, à faire et refaire !

Ce qui m’a le plus plu dans ce pochon, c’est le fait qu’il soit réversible et la facilité pour faire coulisser les liens.

Je l’ai un peu customisé grâce à un feutre textile gris à paillettes, mais je ne suis pas convaincue du résultat. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je n’ai pas fixé les paillettes au fer à repasser. Si ça plaît à la maman elle fera elle-même, et si elle n’aime pas ça partira au lavage ^^

J’ai acheté ce feutre chez Tissu Myrtille et j’en suis assez déçue. La mine est trop grosse, il n’est pas du tout précis et fais de gros pâtés. 

Il manque également quelques perles ou breloques au bout de chaque liens, mais comme j’y ai pensé à la dernière minute, je n’ai pas eu le temps pour les commander sur Internet où aller les acheter en  magasin.

J’espère malgré tout que le pochon et son contenu plairont à la mistinguette…

   
         
A bientôt!

Lovelycousette 

Jill

Décidément en ce moment je ne couds que des modèles qui portent des prénoms! 
Et c’est encore une robe pour ma fille, issue du magazine La Maison Victor que j’affectionne tant. Elle faisait partie de mes coups de cœurs vous vous rappelez?
Aucune difficulté particulière, le modèle est sympa et facile à réaliser. Par contre j’ai choisi la taille 98 pour ma mini qui mesure cette taille et c’est un poil juste. La prochaine sera une taille au dessus!

Je suis assez fière de ma pose de fermeture invisible, et surtout du raccord couture sous celle ci! 
Jai juste mis une semaine de plus que prévu pour la coudre par rapport à mon objectif, mais belle maman était la et mon excuse de toujours c’est les enfants … 😉
Le tissu vient du site Dolce Perla, j’ai tout de suite vu quoi faire dedans! En plus il était en promo à moins 50% alors pourquoi se priver )) avec les chutes je ferai une barboteuse a ma mini…
Ceci étant dit, je compte réitérer car le modèle me plait vraiment beaucoup, mais je pense choisir un tissu plus fluide pour la prochaine. Ce tissu rose est léger mais avec les fronces (et le repassage) ça donne un aspect trop rigide. Dans l’idéal ce serait du Liberty mais, mais… Je verrai le moment venu. Et puis tous les mois j’ai une wishlist longue comme mon bras donc il me faudra encore définir des priorités!
Trêve de blabla, voilà Jill!

   
         

Tissu en coton Dolce Perla (d’ailleurs je viens d’y faire un tour ils ont des nouveautés wouahou!!), fermeture invisible À Little Mercerie
Belle soirée!
Lovelycousette

LouisaDress

J’ai littéralement craqué sur cette robe en voyant les différentes versions sur la blogo, c’est la raison pour laquelle j’ai décidé d’acquérir ce patron de Compagnie M.
J’ai mis pas mal de temps à la réaliser, ça se compte en semaines mais ce n’est pas dû à une quelconque difficulté du patron. Quand on a des enfants en bas âge ça complique tout de suite la tâche 😉
De plus, n’ayant pas encore d’imprimante, c’est une cops trop sympa qui s’est proposé de me l’imprimer (spéciale dédicace à toi qui te reconnaîtra). 
Alors déjà grosse galère avant même de commencer à coudre la robe, car impossible d’envoyer le patron avec les marges de couture. Bon, pas grave, on imprime sans et on les ajoutera après..
Ensuite, une fois le patron assemblé (et piouf qu’est ce que ça prend du temps!), j’ai eu un mal fou à trouver la pièce numéro 1! Mais est ce que Je le dis que j’ai pris le 7 pour le 1 pendant des jours? ;p
J’ai ensuite eu du mal a la commencer car certaines étapes me laissaient perplexe. Et puis lire ce genre d’explications sur un mobile devient vite fastidieux..
Bref, après ces qq déboires, je me suis enfin retrouvée en tête à tête avec la MAC pour assembler cette merveille! 
J’ai choisi la taille 5 ans pour ma mini de bientôt 4 ans, en me disant que de toute façon il vaut mieux que ce soit trop grand que trop petit. 
Malgré tout j’ai hésité avant de rajouter les marges de couture. Finalement je les ai mises et c’aurait été très bien sans! Et en effet j’ai vu ma fille plus grande qu’elle ne l’est car le 5 ans est trop grand. Mais au moins elle en profitera.

Il était prévu à l’origine que toute la robe soit doublée, mais par manque de tissu (ma faute, je pensais en avoir acheter assez) elle ne l’est qu’à moitié.Si c’était à refaire je la doublerai soit entièrement soit juste au niveau du col. On va dire que cette première Louisa est une toile, mais une toile mettable 😉

Au fait, je ne vous ai pas dit: grâce à ce modele j’ai posé ma première fermeture invisible!  Un peu galère au début, surtout quand on n’a pas compris qu’il fallait écraser les dents pour que la couture devienne invisible, mais j’ai vaincu! Oh yeah.

Je pense avoir dit l’essentiel concernant cette robe. J’en referai sûrement une plus tard car je n’aime pas rester sur un échec.

Je vous laisse juger par vous même..
   
      

Louisadress de Compagnie M, taille 5 ans. Tissu, passepoil et boutons Tissu Myrtille. Doublure en coton blanc et zip invisible À Little Mercerie. 

Belle journée!

Lovelycousette 

Mieux vaut tard que jamais 

Ou le titre un peu facile pour partager avec vous mes coups de cœur du magazine La Maison Victor… de l’édition Mars-Avril! Vous comprenez mieux le pourquoi du titre…

Venons en aux faits. J’ai aimé pas mal de modèles dans ce magazine, la grande majorité d’ailleurs hormis les tricots. Et oui, ce n’est pas ma tasse de thé! 

Il y a de tout, des robes pour femme, enfant, des modèles homme et garçons. 

J’ai vraiment hâte de coudre tout ça, si le temps me le permet ! Comme beaucoup d’entre nous, je cours après et j’ai du mal à le rattraper…

Trêve de blabla place aux photos, qui sont prises bien évidemment directement du magazine.
   
         

Belle journée! 

Lovelycousette